Premier amour de mon enfant – Pourquoi cela me fait bizarre?


Le premier amour de notre enfant, que cela soit à la maternelle, au collège ou au lycée, est un évènement qui peut nous perturber en temps que parents.

Nous pouvons être attendris, et pour autant ressentir beaucoup d’autres émotions que nous ne comprenons pas toujours.

Pour essayer de mieux comprendre et présenter ce qui se passe en nous, parents, j’ai été sollicitée pour une interview sur le sujet par la journaliste Clémentine Thiney du journal Magicmaman.

Voici ci-dessous le contenu de l’article rédigé à partir de nos échanges.
Bonne lecture ….

L’amour … Un sujet qui concerne petits et grands. Même s’il s’agit de quelque chose de normal, il n’est pas toujours évident pour les parents de voir leurs enfants vivre leurs premières histoires. Mais pourquoi est-ce que ça fait aussi bizarre ?

Nous avons interviewé Sandrine Mallet Lecharny – Thérapeute familiale et conjugale (S.M.L) sur le sujet.

Témoignages de parents :

« J’ai eu un petit pincement au cœur »
“Je suis maman de 2 garçons qui ont 6 ans d’écart. Ma réaction n’a pas été la même, mais leurs attitudes et leurs comportements ont été justement très différents. L’aîné  est un enfant introverti, timide, cherchant au maximum à ne pas se faire remarquer. J’avais bien remarqué qu’il aimait particulièrement la compagnie d’une camarade, mais il n’en parlait pas. Un jour, il s’ est confié à moi, en me disant qu’il avait une amoureuse et qu’il lui avait fait un joli dessin avec un cœur. Elle lui a dit merci poliment en rougissant. J’ai su par la maman qu’elle l’avait accroché au-dessus de son lit le dessin. Mon cœur de maman était attendri de tant de mignonnerie, de délicatesse. Mais je fus en même temps prise d’un léger pincement au cœur en même temps, car je n’étais dorénavant plus la seule femme de sa vie, et en même temps fière de voir le petit garçon heureux.

Six ans plus tard, ce fut au tour du cadet de rentrer à l’école. Mon second est l’opposé de l’aîné. Il est extraverti, aime être le centre de l’attention, il est actif, limite il ne s’arrête jamais. Du coup, il n’a pas fait les choses à moitié : 7 amoureuses en même temps et des bisous sur la bouche des filles. Cette fois-ci, mes émotions n’ont pas été les mêmes. J’étais amusée de le voir à l’aise et déjà avec du bagou. J’ai quand même mis des limites rapidement car je trouvais qu’il était jeune pour faire des bisous, surtout à plusieurs filles. Ensuite sa grande cousine lui a expliqué que ce n’était pas bien d’être polygame. Quel fou rire de le voir expliquer à la maîtresse que des filles allaient pleurer car il allait devoir en choisir qu’une pour ne plus être polygame! 
Aujourd’hui, ils sont âgés de 15 et 9 ans. A ma connaissance, l’aîné n’a jamais eu de petite amie, il reste assez timide. Le cadet a deux amoureuses (finalement il trouve ça bien le polyamour), j’essaye toujours de calmer niveau bisou car je ne veux pas de soucis avec les parents. Mais que dire quand ce sont les jeunes filles qui lui demandent un bisou d’amoureux …”

« Je stressais à l’idée que mon fils vive un chagrin d’amour »
« Mon fils aîné, Quentin, est tombé amoureux la première fois à 15 ans…. La jeune  fille faisait partie du même club de sport que lui, dont je m’occupais de la gestion. Un soir de décembre elle m’a envoyé un message pour me remercier, car je l’avais raccompagnée chez elle après la séance de sport. Elle en a profité pour me demander le numéro de Quentin, car elle avait soi-disant oublié de le faire après l’entraînement. A la suite de ça, des échanges écrits ont commencé entre eux. Ce qui est très drôle c’est que contrairement à maintenant, il me demandait des conseils pour répondre. Donc finalement j’ai très vite compris qu’une relation était en train de naître et il n’y a pas vraiment eu d’annonce officielle, sauf après le premier bisou. Finalement, en tant que maman, je savais que mon fils allait vivre sa première grande histoire d’amour, même si nous ne savions pas si cela allait durer…. J’étais à la fois très heureuse pour lui mais inquiète aussi. En bonne maman poule je stressais à l’idée que mon fils soit malheureux en cas de chagrin d’amour…. C’est bien moi ça : à peine l’histoire commencée, déjà inquiète pour la fin. Et puis j’étais un peu jalouse aussi, comme une impression de perdre un peu mon bébé, même si je sais qu’on a une super relation.
Quentin nous a présenté sa copine assez rapidement et elle s’est très bien intégrée à la famille. Elle était appréciée de tout le monde, ça s’est toujours bien passé. Donc finalement les doutes et les peurs de maman que j’avais se sont très vite estompés. Chaque mère réagit différemment mais pour ma part je n’arrive pas à me détacher des sentiments de mon fils, c’est à dire que si il a des hauts et des bas dans son couple je le vis à travers ses sentiments. Je suis triste et angoissée quand je sens qu’il est malheureux et je suis heureuse quand tout va bien pour lui. Maintenant qu’il a 18 ans, j’essaie de prendre du recul mais ne lui dites pas j’ai toujours un œil sur mon fils comme une vraie maman »

Premier amour de mon enfant. Ressenti des parents

Avis de notre expert Sandrine Mallet Lecharny – Thérapeute familiale et conjugale.

L’impression que notre bébé nous échappe
S.M.L :
Ce petit pincement au cœur est un sentiment tout à fait normal, comme l’explique la thérapeute familiale Sandrine Mallet-Lecharny. Lorsque les enfants ont leur premier amour en maternelle, beaucoup de mamans ont la sensation de perdre l’exclusivité de l’amour de leurs enfants.
D’une part, elles prennent conscience que leurs petits ne sont plus des bébés, et qu’une certaine autonomie et indépendance se mettent en place. Ensuite, elles se rendent compte qu’elles ne sont plus les seules dans le cœur de leurs enfants. Pour y remédier, il faut, en tant que maman, qu’elles se forcent à avoir un autre regard sur la relation amoureuse de leur bout de chou. En effet, si l’enfant à ce genre de comportement et de relation, c’est plutôt rassurant quant à leur développement psychologique. Cela signifie qu’ils arrivent à tisser des relations, qu’ils arrivent à rentrer en lien avec d’autres enfants, qu’ils sont bien dans leur peau. Les mamans peuvent donc être tiraillées entre deux sentiments. D’un côté, c’est assez perturbant, car elles peuvent avoir l’impression que leur bébé leur échappe et qu’il commence à vivre sans elle. De l’autre, elle trouve ça assez mignon! 

Rejeter le premier amour des enfants au collège ou au lycée
S.M.L :
L’étape d’après l’amour de maternelle, est le premier petit copain ou la première petite copine au collège ou au lycée. Il s’agit d’un nouveau cap dans la vie de l’enfant deveu adolescent et de celle des parents. Déjà, c’est un âge où les plus jeunes prennent leurs distances avec leurs parents. L’arrivée d’un nouvel amour va possiblement mettre une distance supplémentaire.
Les parents peuvent avoir un sentiment de rejet ou de jalousie envers cette nouvelle personne qui entre dans la vie de leur enfant. Ils peuvent leur dire de ne pas s’emballer ou de ne pas entrer dans une relation trop sérieuse. Cette protection de la part des parents peut traduire plusieurs choses. D’une part, ils peuvent avoir peur que leur enfant soit blessé(e). C’est aussi une manière inconsciente de freiner leur autonomie et de les garder dans une sorte d’insouciance. 
Les premières histoires sérieuses des ados, renvoient les adultes à leurs propres expériences. Leur vécu peut donc influencer leurs réactions et leurs sentiments.

Être jaloux du partenaire de son enfant
S.M.L :
Il n’est pas toujours facile pour les parents de trouver leur place au sein de la vie de leur ado. Ce n’est pas évident pour eux de les voir grandir et leur “échapper” petit à petit. Cela explique les sentiments ambivalents qu’ils éprouvent vis-à-vis des relations amoureuses de leurs enfants. Cependant, s’il ne faut pas rejeter leur partenaire, il ne faut pas non plus entrer dans une relation fusionnelle avec elle/lui. Il faut que les parents “restent à leur place”. Ils ne doivent pas porter de jugements envers cette personne, ni entretenir une relation trop forte avec celle-ci (vouloir faire copain cool), car cela pourrait être vu comme une intrusion pour l’ado. 
Il n’est pas non plus inconcevable que les parents soient jaloux du copain ou de la copine de leurs enfants, par rapport à cette relation forte et exclusive. Ils voient leur ados s’éloigner progressivement. Ils se projettent de plus en plus vers le moment où ils quitteront le foyer, et cela va bouleverser beaucoup de choses chez les parents. En voyant les jeunes grandir, ils se voient vieillir. Ces grandes étapes dans la vie de leurs enfants sont des moments importants pour eux aussi. 

Les premières relations sexuelles 
S.M.L :
Il s’agit encore d’une étape supplémentaire. En tant que parent, on a du mal à imaginer la sexualité de son enfant. Les seules personnes qui connaissent l’enfant nu, ce sont les parents. Donc ils donnent cette exclusivité à quelqu’un d’autre, surtout qu’à partir de la préadolescence ils n’ont plus accès à cette nudité car il est nécessaire de créer cette distance et l’ado a besoin que ses parents respectent son intimité.
Les adultes éprouvent aussi beaucoup de peur face à cette insouciance aussi qui disparaît. Ils veulent transmettre des valeurs quant au respect du partenaire, mais aussi sur le fait de se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles, la grossesse…..
C’est aussi un acte qui fait que tout doucement ils deviennent adultes. Imaginer que notre progéniture se retrouve dans les mêmes relations que nous en tant qu’adulte peut être étrange. Il faut aussi accepter que la vie sexuelle et amoureuse de notre enfant soit incontrôlable et accepter qu’on ne puisse pas y accéder.

Néanmoins, il faut faire comprendre à ses adolescents et jeunes adultes que nous serons, en tant que parents, toujours là pour les écouter, les aider, et ce dans n’importe quelle situation et quelque soit ce qu’ils auront fait. C’est indispensable de montrer un amour inconditionnel malgré la distanciation qui est en train de se créer.

https://www.facebook.com/sandrinemalletlecharny
https://www.instagram.com/psy_sandrine_mallet_lecharny/?hl=fr
www.sandrine-mallet-lecharny.com
06-11-93-53-17