Tout savoir sur le burn out parental

Le burn out parental est en quelques sortes un épuisement parental. Les parents sont épuisés car débordés voire même dépassés. Le burn out parental est mal vécu et très difficile à déceler ou même évoquer. Les parents ont parfois beaucoup de mal à admettre leur difficulté à être parents. De plus en plus de parents viennent me consulter pour dépression parentale. Ils arrivent effondrés. Ils me décrivent vivre un enfer au quotidien avec leurs enfants. Il me racontent qu’ils sont victimes de leurs enfants devenus ingérables ! Et figurez-vous qu’il n’y a aucune limite d’âge. Les enfants dont ils me parlent peuvent aussi bien avoir 4 ou 5 ans, voire 17 ans. En réalité, ce genre de phénomène peut se produire jusqu’à la fin de l’adolescence… !

Burn out parental : pourquoi les parents craquent !

Débordés par leur impossibilité à instaurer à leurs yeux une bonne autorité et un cadre à leur progéniture, ils sombrent et se sentent totalement démunis voire dépassés. Les parents déprimés et en état de burn out parental m’expriment très souvent leur désarroi, leur chagrin et leur déception en constatant que l’amour qu’ils apportent à leur enfant, ne semble pas suffire pour apaiser les conflits. Il y a toujours des débordements. Il est très difficile pour des parents établis dans la vie sociale et professionnelle de réaliser qu’ils sont dépassés sur le plan parental ou familial.

Les pères sont autant concernés que les mères dans ces symptômes dépressifs. Alors, quels sont les signes les plus évidents qui pourraient vous alerter et vous indiquer que vous entrez doucement mais sûrement dans la zone rouge du Burn out parental ?

Les signes du burn out maternel :

1) Désir de perfection sur tous les paramètres. En développant un fantasme de perfection dans son mode d’éducation, la mère développe une emprise sur tous les plans de la vie de ses enfants et règne sur tous les fronts : l’école, l’éducation, leurs relations sociales, les vacances, leur santé. Elle génère en outre, une course à la performance et les prouesses de sa progéniture représentent sa réussite la plus probante.

2) Être au bout du rouleau et ne pas s’en rendre compte. Une mère au bord du gouffre nerveusement et au bout de ses réserves d’énergie, peut en toute inconscience et par souci de continuer à gérer à la perfection toute sa petite tribu, ne pas sentir qu’elle est en train de sombrer. C’est bien souvent l’entourage qui en prend conscience pour elle, en essayant de l’alerter.

3) L’ambivalence des sentiments
En dépit des grands principes d’éducation qua la mère s’était édictés avant la naissance des enfants, elle se surprend à ressentir des sentiments très contradictoires à leur l’égard. Les pertes de sang-froid sont de plus en plus fréquentes et s’accompagnent parfois de violence et de cris. On assiste également à l’alternance d’un amour passion pour les enfants suivi d’un rejet parfois haineux.La maman se sent incomprise et victime d’injustice en regard de tout son investissement.

4) L’épuisement physique
Écrasée par une fatigue chronique, rien ne semble pouvoir soulager cet épuisement. Il lui semble qu’il lui faudrait rester des mois sous la couette pour en venir à bout !

5) Sensation d’overdose de tout
Dans le burn out maternel, la mère a l’impression que la moindre action de la vie quotidienne, surtout en relation avec les enfants revient à gravir une montagne insurmontable !

6) Troubles du sommeil
En dépit de l’extrême fatigue, il lui est difficile, voire impossible de dormir autrement que par l’aide de somnifères.

7) Troubles de l’humeur, accompagnés de plaintes répétitives, pessimistes et dépressives.
Le malaise interne devient envahissant. Aussi tant qu’elle a la sensation de ne pas être entendue ou comprise par l’entourage, les mêmes plaintes reviennent en boucles.

8) Absence de désir sexuel
La maman ressens un désintérêt pour son partenaire. La sensation d’épuisement est telle, que l’idée d’un rapprochement avec son conjoint est vécue telle une corvée supplémentaire.

9) Affaiblissement de l’estime de soi
Avec l’impression que la vie la dépasse et qu’elle n’a plus la capacité d’en tenir les rênes.

10) Isolement
Elle se replie sur elle-même et évite le contact.

11) Prise de poids ou amaigrissement spectaculaire

Les signes du burn out paternel

1) Déprime diffuse Tout semble lourd. Sensation de tristesse et de lourdeur dès le réveil.

2) Troubles du sommeil, souvent accompagnés de troubles de l’humeur et d’un renferment sur soi

3) Fuite dans des comportements addictifs (jeux, sports, achats compulsifs, alcool, drogues)

4) Angoisses ou symptômes d’attaques-paniques avec l’impression de vivre en apnée

5) Débordements violents avec les enfants, cris, brutalité, accompagnés de sentiments ambivalents ou de rejet des enfants

6) Conduites à risques (vitesse excessive au volant,) et sentiment de désespoir

7) Sentiment de perte de contrôle Il a l’impression de ne tenir aucunement les rênes de sa vie. Perte de sens dans sa vie. En état d’incapacité à rétablir l’ordre dans sa famille, il se sent totalement dépassé par les évènements.

8) Envie de fuir, de ne pas rentrer chez soi

9) Difficultés dans sa libido, absence de désir sexuel, pannes, désintérêt pour la vie de couple

10) Envie d’aller voir ailleurs
Il se jette à corps perdu dans le travail, s’échappe en passant parfois du temps sur des sites de rencontre, fait beaucoup sur des jeux sur son ordinateur, tout est bon pour fuir dans des activités annexes qui permettent d’être ailleurs.

Burn out familial ou parental, avez-vous les symptômes ?

Si vous vous reconnaissez dans un ou plusieurs de ces symptômes, plus que jamais, il est temps de réagir et de faire un état des lieux sérieux de la situation dans la famille et s’il le faut, vous faire aider par un therapeute parental ou familial. A tout moment, il est possible de recadrer des comportements qui ont débordé en tous sens. Les comportements pénibles et parfois ingérables en apparences des enfants sont autant de signes d’une difficulté familiale globale. Souvent débordés par leurs pulsions agressives et envahissantes, les enfants sont désespérés de ne pas trouver un cadre rassurant dans une autorité cohérente et positive de leurs parents. Plus ils les sentent perdus ou laxistes et plus ils débordent dans des attitudes provocantes, espérant inconsciemment trouver la limite qui leur donnerait un cadre et les apaiserait enfin.

Prévenir le burn out familial, ou comment s’en sortir ?

Le seul moyen de se prémunir d’un tel épuisement est de parvenir à faire le deuil de la mère parfaite ou du père parfait. Cela passe notamment par le fait de pouvoir déléguer, de partager les tâches et les responsabilités avec le conjoint ou conjointe ou pourquoi pas les proches. Les femmes doivent accepter que d’autres puissent s’occuper de leurs enfants. Elles ainsi permettent notamment aux pères de prendre leur place.

Et si le burn out maternel est déjà là ?

L’épuisement ne se résoudra pas par magie. Parce qu’il n’est pas lié à leur personnalité, mais à la situation matérielle du maternage, et à l’investissement psychique de la maternité. Le fait d’avoir des pensées négatives envers son enfant, l’envie de le jeter par la fenêtre, ou de s’en débarrasser, est très culpabilisant pour une mère, si elle n’a personne à qui en parler. Encore faut-il pouvoir se confronter à d’autres et parvenir à appeler au secours.

Le repos est essentiel puisque les réserves d’énergie sont à plat chez cette mère. Cependant, il est insuffisant pour régler le problème et éviter les rechutes. En effet, le repos ne guérit pas le burn out maternel. Il faut aussi mettre en place de réels changements pour retrouver un sentiment de contrôle sur sa vie de mère. La solution passe donc aussi par le changement.

Mais avant d’amorcer des changements, il est nécessaire de prendre conscience des raisons qui ont mené à cet épuisement maternel. Pour ce faire, la consultation d’un thérapeute peut être d’une aide précieuse. Je vous accompagnerai pas à pas, le temps nécessaire pour découvrir d’autres manières d’agir avec vos enfants, pour les tester tout au long des séances, pour sortir de ces boucles, de ces pièges de la parentalité. Je vous proposerai également des outils pour mieux communiquer avec votre enfant afin de vous affirmer sans crier, afin de poser un cadre ferme mais bienveillant. Doucement, afin d’assurer un vrai changement en profondeur, vous retrouverez de l’énergie et un nouveau souffle afin d’assurer à nouveau votre rôle de mère et redevenir cette maman bienveillante et aimante que vous avez toujours voulu être.

N’hésitez pas à me contacter pour toute question.